6. Administration d’un projet

Lorsque vous accédez à la page de Sommaire d’un projet ou à l’un de ses services, une nouvelle entrée appelée Admin apparaît dans la barre de menu du projet.

Seuls les membres du projets ont accès aux pages d’administration du projet. Tous les autres utilisateurs s’en verront refuser l’accès.

6.2. Ajout/Suppression d’utilisateurs

Emplacement : contenu de la page d’administration

L’administration des membres d’un projet est aisée. Selon le nombre d’utilisateurs à ajouter au projet, vous pouvez utiliser l’une des deux méthodes ci-dessous :

6.2.1. Ajout d’un utilisateur

Pour ajouter un utilisateur aux membres du groupe, un des administrateurs du projet doit simplement taper le nom de l’utilisateur invité dans le champ réservé à cet effet et cliquer sur le bouton “Ajouter un utilisateur”. Si vous ne connaissez pas le nom du nouveau membre à ajouter, ouvrez une nouvelle fenêtre et utilisez la boîte de recherche par mots-clés en tapant une partie du nom ou du prénom de l’utilisateur et en n’oubliant pas de préciser que la recherche porte sur les “Utilisateurs”. La liste de résultat fera vraisemblablement apparaître le nom complet et le nom d’utilisateur de la personne que vous recherchez.

6.2.2. Import d’une liste d’utilisateurs

Si le nombre d’utilisateurs à ajouter est important, un des administrateurs du projet peut importer une liste d’utilisateurs à partir d’un fichier texte. Pour cela, cliquer sur le lien “Importer une liste d’utilisateurs”. On vous proposera alors de choisir un fichier texte comportant la liste des utilisateurs à importer. Le fichier doit comporter un utilisateur par ligne, soit en spécifiant son adresse email, soit en spécifiant son nom de login Tuleap.

johnd
steve.robinson@examplecompany.com

bob.johnson@examplecompany.com
smith3
john.smith@examplecompany.com

Le processus d’import se déroule alors en deux temps. Une première vérification du fichier est effectuée, qui donne lieu à un compte-rendu des utilisateurs détectés. Après validation, les utilisateurs sont effectivement ajoutés au projet. Le système n’effectuera pas l’import en cas d’erreur (utilisateur inconnu, non enregistré sur Tuleap, utilisateur non actif, adresse mail inconnue, etc...). Les doublons ne produisent pas d’erreur. Un seul utilisateur est ajouté dans ce cas.

6.2.3. Suppression d’utilisateurs

Supprimer un utilisateur des membres du projet est encore plus simple. Il suffit de cliquer sur l’icône corbeille (image0) située à proximité du nom de l’utilisateur. Supprimer un utilisateur des membres du projet n’a absolument aucun effet sur l’historique ou l’intégrité des données du projet. En d’autres termes tous les artefacts des outils de suivi soumis par ou assignés à cette personne restent présents et inchangés dans la base de données. Seule la capacité de cette personne à gérer le projet est affectée. Notez aussi que pour supprimer un administrateur de la liste des membres du projet, un autre administrateur doit d’abord lui ôter son statut d’administrateur en positionnant la valeur de la permission “Admin.Projet” à “Non” dans la table d’édition des permissions utilisateurs. En d’autres termes, un administrateur de projet ne peut être supprimé de la liste des membres tant qu’il a le statut d’administrateur.

Note

Vous avez probablement remarqué que tous les noms d’utilisateurs figurant sur la page d’administration sont en fait des liens hypertextes. Sur cette page comme sur beaucoup d’autres, un clic sur un nom d’utilisateur vous mène sur une page d’information le concernant (y compris son lieu de travail, téléphone, fax, ... extraits de l’annuaire d’entreprise) qui vous permet aussi de lui envoyer un email par le biais d’un formulaire Web.

Un exemple de page d'administration d'un projet

Un exemple de page d’administration d’un projet

6.3. Informations publiques du projet

Emplacement : Menu d’administration

L’item “Édition Infos Publiques” du menu d’administration permet à un administrateur de mettre à jour les éléments de description du projet; il s’agit d’éléments fournis pendant la phase d’enregistrement du projet.

6.4. Catégorisation du projet

Emplacement : contenu de la page d’administration

C’est ici que vous pouvez définir la catégorisation de votre projet. Vous pouvez définir au plus trois valeurs pour chacun des sept critères de catégorisation utilisé dans l’arbre des projets. Si vous ne trouvez pas de valeur correspondant à votre projet, n’hésitez pas à contacter l’équipe Tuleap.

6.5. Type de projet

Emplacement : contenu de la page d’administration

Tuleap propose trois types de projets :

  • Projet : C’est le type des projets standards sur Tuleap.

  • Patron de projet : Si vous utilisez ce type de projet, de nouveaux projets peuvent réutiliser la configuration des services de ce projet. En enrégistrant un nouveau projet (voir Enregistrer un projet), votre patron de projet est listé comme patron disponible. Quand vous choisissez votre projet comme patron le nouveau projet utilisera exactement la même configuration. Cela inclut que :

    • le nouveau projet est classé selon les mêmes critères que le projet de patron (voir Arbre des projets).
    • Les mêmes services sont activés (voir Configuration des services). Les services non disponibles ne seront pas présents. Les services désactivés seront également désactivés par défaut.
    • les mêmes références sont définies (voir Configuration des patrons de référence).
    • les mêmes groupes d’utilisateurs existent (voir Groupes d’utilisateurs).
    • tous les outils de suivi ayant l’option “instancier dans les nouveaux projets” sont copiés avec les champs associés, leurs valeurs, leurs dépendances ainsi que les rapports de recherche et les permissions (voir ?).
    • les mêmes forums seront créés. Par contre, les messages ne sont pas copiés.
    • les documents, ainsi que l’architecture du gestionnaire de document seront présents.
    • les paramètres d’administration CVS seront copiés (préambule, suivi CVS, Mode CVS Watch), mais les adresses emails et les permissions CVS ne sont pas copiés.
    • les paramètres d’administration SVN seront copiés (préambule, suivi SVN), mais les adresses emails et les permissions SVN ne sont pas copiées.
    • les paquets et leurs permissions seront copiés.

    Remarquez que les membres du projet de patron ne seront pas automatiquement membres du nouveau projet. Un projet de patron n’apparaît plus dans l’arbre des projets et est exclu des statistiques de projets du tableau de bord de Tuleap (see ?) comme les projets récents, les projets les plus actifs, etc...

  • Projet de test : Si vous voulez juste essayer tout ce qui est faisable avec un projet Tuleap vous pouvez utiliser le type projet de test. En utilisant ce type de projet votre projet n’apparaît plus dans l’arbre des projets ni dans les statistiques de projets du tableau de bord de Tuleap.

6.6. Configuration des services

Emplacement : Menu d’administration

L’entrée “Configuration des services” dans le menu d’administration donne accès à la liste de tous les services activés pour le projet courant. Les services sont les items qui apparaissent dans la “Barre de Services”, à savoir le menu qui apparaît en haut de chaque page du projet : outils de suivi, documentation, CVS, Page d’accueil, etc... La page de configuration des services permet à l’administrateur du projet de modifier, activer, désactiver ou même créer des services dans la barre de services.

Il existe deux sortes de services :

  • Les services système : ces services sont définis par l’administrateur du site et sont communs à tous les projets. Seuls leur état (actif/inactif) et leur position à l’écran peuvent être modifiés (voir ci-dessous).
  • Les services projet : ces services peuvent être modifiés à loisir, voire même supprimés par l’administrateur du projet.

La seule exception concerne le service Site Web; il s’agit d’un service système mais il peut être personnalisé pour pointer sur l’URL de votre choix. Chaque projet hébergé sur Tuleap possède son propre serveur Web virtuel sur le site Tuleap. Par défaut le service “Site Web” de la barre de services pointe sur ce site (voir le site-web-d’un-projet pour plus de détails). Vous pouvez remplacer l’URL par défaut avec un pointeur vers votre propre site Web. Attention à ne pas confondre le site web de votre projet avec la page de sommaire. Le site web de votre projet pointe sur un ensemble de pages HTML dont vous êtes l’auteur alors que la page de sommaire du projet est uniquement un point d’entrée vers les différents services et délivrables de votre projet.

6.6.1. Créer ou modifier un service

Lors de la création ou de la modification d’un service, vous devez fournir les informations suivantes :

Label du service : Il s’agit du nom du service tel qu’il apparaîtra dans la barre de services. Il doit être aussi concis que possible.

Lien vers le service : il s’agit de l’URL qui mène au service en question, c’est à dire l’URL vers lequel l’utilisateur est redirigé lorsqu’il sélectionne ce service dans la barre de service. La page $ sera chargée dans la fenêtre courante.

Quelques mots-clés particuliers peuvent être utilisés dans l’URL; ils seront automatiquement remplacés par leur valeur avant d’être insérés dans la barre de service :

  • $projectname : le nom court du projet
  • $sys_default_domain : le nom de domaine du serveur Tuleap (ici “tuleap.example.com”)
  • $group_id : l’identifiant du projet
  • $sys_default_protocol : ‘https’ si le serveur Tuleap fonctionne en mode sécurisé, ‘http’ dans le cas contraire.

Description du service : Description courte du service. Elle est affichée dans une bulle de texte lorsque le curseur de la souris se trouve sur le label du service dans la barre de services.

Actif : En cochant cette case, le service est activé c’est à dire qu’il est utilisable et qu’il apparaît dans la barre de services. Décocher la case revient à désactiver le service et à le faire disparaître de la barre de services. Il est à noter que la désactivation d’un service n’affecte en rien les données de ce dernier. En d’autres termes, la réactivation d’un service donne accès à l’ensemble des données telles qu’elles étaient au moment de la désactivation. Voir aussi la “Suppression d’un service” ci-dessous.

Rang à l’écran : ce nombre entier arbitraire permet de définir la position de ce service relativement aux autres dans la barre de service. Les services ayant la valeur de rang la plus faible apparaîtra en premier dans la barre de services (en partant de la gauche). Il est recommandé d’utiliser des nombres comme 10, 20, 30, ... pour pouvoir insérer de futurs services sans avoir à renuméroter tous les services existants.

6.6.2. Suppression d’un service

Les services peuvent aussi être détruits si l’icône corbeille figure à proximité du nom du service. Un clic sur cette icône supprime définitivement le service de la liste. Les données du service correspondant sont cependant préservées.

Les services système ne peuvent être détruits. Vous pouvez cependant les désactiver pour qu’ils n’apparaissent pas dans la barre de services.

6.7. Administration des services

Emplacement : contenu de la page d’administration

La page d’administration du projet donne aussi un accès direct à l’ensemble des modules d’administration de chaque service activés par le projet. Cet accès est fourni sous la forme d’une liste de liens hypertextes situés en bas à gauche de la page d’administration. Seuls les membres du projet ayant les droits d’administration sur les différents services ont accès à ces modules (voir Permissions utilisateurs).

6.8. Configuration des patrons de référence

Emplacement: Menu d’administration

La page de configuration des patrons de référence liste l’ensemble des patrons de référence disponibles dans le projet. Elle permet aussi aux administrateurs du projet de modifier, activer, désactiver, ou créer des patrons de référence.

6.8.1. Présentation des références

Les patrons de référence sont un outils puissant permettant de créer des références croisées entre objets de Tuleap. En fonction d’un patron de texte, Tuleap peut créer automatiquement un hyperlien vers l’objet souhaité.

Lorsque vous tapez un commentaire, ou un message de commit, tout morceau de texte qui suit le patron “XXX #NNN” est interprété comme une référence à l’objet XXX numéro NNN. Ainsi, ‘art #123’ sera détecté comme une référence à l’artefact numéro 123, et Tuleap créera automatiquement un hyperlien qui pointe sur la page décrivant précisément cet artefact.

Vous pouvez également référencer un objet appartenant à un autre projet. A cette fin, utilisez soit ‘XXX #num_projet:NNN’, soit ‘XXX #nom_projet:NNN’ pour référencer l’objet XXX numéro NNN appartenant au projet numéro ‘num_projet’, ou dont le nom est ‘nom_projet’. Par exemple, ‘wiki #monproj:Accueil’ est une référence à la page wiki ‘Accueil’ du projet ‘monproj’.

Certains patrons de référence peuvent nécessiter plusieurs paramètres. Dans ce cas, utilisez le caractère ‘/’ comme séparateur entre les paramètres. Par exemple, ‘wiki #Accueil/2’ crée une référence vers la page wiki ‘Accueil’ à la version 2.

Il existe deux types de patrons de référence :

  • Les patrons de référence système : ces patrons de référence sont définis par l’administrateur du site et sont communs à l’ensemble des projets. Ils ne peuvent pas être modifiés, excepté leur statut (activé/désactivé).

    La plupart des patrons de référence système sont liés à un service spécifique. Ainsi ‘art’, ‘doc’, ‘file’ ou ‘wiki’ sont liés respectivement aux services outils de suivi, gestionnaire de documents, gestionnaire de fichiers et Wiki. Afin de faciliter l’utilisation de ces patrons de référence, ils sont automatiquement activés ou désactivés lorsque le service correspondant est activé/désactivé. Cependant, il est toujours possible de les activer ou de les désactiver manuellement.

  • Les patrons de référence projet : ces patrons de référence peuvent être entièrement personnalisés par les administrateurs du projet.

6.8.2. Patrons de référence prédéfinis

Voici la liste des patrons de référence prédéfinis :

  • art #num ou artifact #num : référence à l’artefact numéro ‘num’. C’est un numéro global au système (l’artefact ‘num’ est unique, et n’existe que dans un projet). Cette référence crée un lien vers la page de description et de mise à jour de l’artefact. En sus des mots clés ‘art’ et ‘artifact’, les artefacts peuvent être référencés à l’aide du nom court de l’outil de suivi. Ainsi, un artefact issu d’un outil de suivi de bugs (anomalies) pourra être référencé par bug #NNN, une demande de support (support request) par sr #NNN, une tâche par task #NNN et un patch avec patch #NNN. Ainsi, lorque vous créez un outil de suivi personnalisé, il est important de bien choisir son nom court.
  • commit #num ou cvs #num : référence au commit CVS numéro ‘num’. C’est un numéro global au système. Cette référence crée un lien vers la page de description du commit, qui contient le message du commit, la liste des fichiers modifiés, les liens vers les modifications, ...
  • rev #num ou revision #num ou svn #num : référence à la révision Subversion numéro ‘num’. C’est un numéro propre au projet : si vous souhaitez référencer une révision Subversion d’un autre projet, il vous faudra spécifier le projet dans la référence (par exemple: ‘rev #monproj#123’). Cette référence crée un lien vers la page de description de la révision, qui contient le message du commit, la liste des fichiers modifiés, les liens vers les modifications, ...
  • wiki #pagewiki et wiki #pagewiki/num : référence à la page Wiki nommée ‘pagewiki’. Le second format permet de spécifier la version de la page Wiki. Les pages Wiki sont propres à un projet, donc si vous devez référencer une page appartenant à un autre projet, il faut spécifier le projet dans la référence.
  • doc #num ou document #num : référence au document numéro ‘num’. C’est un numéro global au système. Les numéros de documents sont visibles dans la page principale du service ‘Documentation’ : l’identifiant est visible lorsqu’on place la souris sur le titre. La référence pointe sur le document lui-même.
  • news #num : référence vers l’annonce numéro ‘num’. C’est un numéro global au système. Cette référence crée un lien vers la page d’annonce, où il est possible d’ajouter des commentaires.
  • forum #num et msg #num : référence vers le forum numéro ‘num’ ou vers le message de forum numéro ‘num’. Ce sont des numéros globaux au système. La première référence crée un lien vers la page d’accueil du forum, tandis que la deuxième crée un lien vers un message précis.
  • file #num : référence vers le fichier numéro ‘num’. C’est un numéro global au système. Ce type de référence permet de télécharger directement un fichier faisant partie d’une version. Les numéros de fichiers sont visibles dans la page principale du service ‘Fichiers’ : l’identifiant est visible lorsqu’on place la souris sur le nom du fichier. La référence pointe sur le fichier lui-même, et le navigateur peut alors vous demander à quel endroit vous voulez le sauvegarder. Il se peut aussi que vous deviez accepter la licence du projet avant de pouvoir télécharger le fichier.
  • release #num : référence vers la version (release) numéro ‘num’. C’est un numéro global au système. Les numéros de version sont visibles dans la page principale du service ‘Fichiers’ : l’identifiant est visible lorsqu’on place la souris sur le nom de la version. La référence pointe sur la page d’accueil du gestionnaire de fichier, où la version référencée est mise en valeur dans la liste.

6.8.3. Utilisation des références

Lors des phases de développement ou de maintenance d’un projet, il est essentiel de garder la trace des changements effectués dans le code source. C’est ce que font les systèmes de gestion de configuration comme CVS ou Subversion. En complément de ce suivi, il est tout aussi critique de pouvoir relier ces changements de code aux artefacts (une tâche, une anomalie ou une demande d’assistance) qui ont amené les développeurs à modifier le code ou la documentation. Et inversement, à la lecture d’un artefact il est très utile de voir quels changements il a engendré dans le code source.

L’intégration de CVS et de Subversion avec Tuleap fournit précisément ce mécanisme de références croisées. Ceci est rendu possible par l’utilisation des références à utiliser dans les commentaires des artefacts ou dans les messages de commits que Tuleap reconnaît automatiquement.

Le système n’est pas limité aux références à des commits ou a des artefact, puisqu’il est également possible de référencer un message posté dans un forum, une documentation, ou un fichier. Le système est suffisament flexible pour permettre le référencement d’objets qui ne sont pas dans Tuleap. Il vous suffit de créer vos propres patrons de référence pour relier vos messages à un gestionnaire de document externe comme Docushare, ou à un outil de gestion de code source comme ClearCase.

Tip

C’est une excellente pratique que de toujours référencer les tâches, anomalies, demande d’assistance appropriées dans le message de commit CVS ou Subversion. De la même façon, lorsque l’artefact correspondant est fermé, assurez-vous de mentionner le commit qui résout le problème dans un commentaire. Vous constaterez que cette pratique est extrêmement efficace pour suivre l’historique des changements et pourquoi un changement a eu lieu.

6.8.4. Création ou modification d’un patron de référence

Pour créer ou modifier un patron de référence, il faut remplir les champs suivants :

  1. Mot-clé : C’est le mot-clé qui va déclencher la création d’une référence lorsqu’il est détecté. Il est préférable de le choisir court et explicite pour favoriser la lecture des références.
  2. Description : Courte description du patron de référence. Elle est affichée lorsqu’on place la souris sur une référence extraite.
  3. Lien : C’est l’URL vers lequel pointe la référence. L’utilisateur sera automatiquement redirigé vers cette adresse s’il clique sur la référence. L’URL ne pointe pas nécessairement vers le serveur Tuleap : on peut créer des patrons de référence qui pointent vers des pages externes. La nouvelle page sera chargée dans le fenêtre courante.

Certaines chaînes de caractères seront interprétées lors de la création de la référence :

  • $projname : nom court du projet.
  • $group_id : numéro du projet.
  • $0 : le mot-clé extrait par ce patron de référence.
  • $1 : le premier paramètre de la référence.
  • $2 : le deuxième paramètre de la référence.
  • $3...$9 : du troisième au neuvième paramètre de la référence.

Exemples:

  • artifact #25 : ‘$0’ vaut ‘artifact’, ‘$1’ vaut ‘25’
  • wiki #tuleap:Accueil/1 : ‘$0’ vaut ‘wiki’, ‘$1’ vaut ‘Accueil’, ‘$2’ vaut ‘1’, ‘$projname’ vaut ‘tuleap’
  • myref #123:1/23/456 : ‘$0’ vaut ‘myref’, ‘$1’ vaut ‘1’, ‘$2’ vaut ‘23’, ‘$3’ vaut ‘456’ et ‘$group_id’ vaut ‘123’
  • google #tuleap/enalean : ‘$0’ vaut ‘google’, ‘$1’ vaut ‘tuleap’, ‘$2’ vaut ‘enalean’. Si vous avez défini le patron de référence ‘google’, avec un lien pointant vers http://www.google.com/search?hl=en&q=$1+$2, cliquer sur la référence ‘google #tuleap/enalean’ lancera une recherche Google de ‘tuleap enalean’.
  • ds #123 : ‘$0’ vaut ‘ds’, ‘$1’ vaut ‘123’. Si vous avez défini le patron de référence ‘ds’, avec un lien pointant vers http://docushare/dsweb/Get/Document-$1, cliquer sur la référence ‘ds #123’ lancera le téléchargement du document ‘123’ de votre serveur Docushare local.

Il faut noter que le nombre de paramètres est important : si le nombre de paramètres dans le texte ne correspond pas au nombre de paramètres définis dans le patron de référence, la référence ne sera pas extraite. Ceci permet de créer plusieurs patrons de référence avec le même mot-clé, mais un nombre de paramètres différent. Voyez par exemple les références suivantes : ‘wiki #Accueil’ est une référence à un seul paramètre pointant vers la page Wiki ‘Accueil’, alors que la référence ‘wiki #Accueil/2’ est une autre référence à deux paramètres pointant vers la page Wiki ‘Accueil’ à la version ‘2’.

  1. Actif : En cochant cette case, le patron de référence est activé, c’est à dire qu’il est utilisable et sera extrait automatiquement. Décocher la case revient à désactiver le patron de référence. Voir aussi la “Suppression d’un patron de référence” ci-dessous.

6.8.5. Suppression d’un patron de référence

Les patrons de référence projet peuvent aussi être détruits. Un clic sur l’icône corbeille figurant à proximité du nom du patron de référence supprime définitivement ce dernier. Un patron de référence détruit devra être recréé pour être à nouveau utilisable.

Les patrons de référence système ne peuvent être détruits. Vous pouvez cependant les désactiver pour que les références ne soient plus extraites.

6.9. Permissions utilisateurs

Emplacement : contenu de la page d’administration

Les administrateurs du projet ont la capacité à définir les permissions des membres du projets. Un membre de l’équipe de projet peut par exemple avoir tous les droits d’administration sur l’outil de suivi des anomalies et aucun droit concernant le gestionnaire de document du projet.

Un exemple de table de permissions des membres d'un projet

Un exemple de table de permissions des membres d’un projet

Un exemple de table de permissions des membres d’un projet montre un exemple de table de permissions des membres d’un projet. Chaque colonne représente un service ou une capacité de l’utilisateur et chaque ligne représente les droits d’un des membres du projet. Passons en revue chacune des colonnes :

  • Admin Projet : Un choix Oui/Non permet de définir si un utilisateur est un administrateur du projet ou pas. Un administrateur a absolument tous les droits sur tous les services, les délivrables et les membres du projet. Seuls les administrateurs ont accès à la page de définition des permissions des utilisateurs.

  • Écriture CVS : actuellement toujours positionné à Oui. Tous les membres du projet ont les droits d’accès en écriture sur le dépôt CVS [1] du projet et cela ne peut être modifié depuis l’interface utilisateur de Tuleap. Nous verrons cependant comment désactiver l’accès en écriture au dépôt CVS dans le chapitre qui lui est consacré (contrôle-de-version-avec-CVS).

  • Outils de suivi :

    • None : l’utilisateur a les mêmes droits sur cet outil qu’un utilisateur externe au projet.
    • Administrateur : Les administrateurs des outils de suivi (et des autres services) ont tous les droits d’administration concernant ce service. Par exemple, il leur est possible de définir de nouveaux champs ou de nouvelles valeurs pour les champs de cet outil de suivi.
  • Forums, Gestionnaire de documents, Gestionnaires de fichiers :

    • None : l’utilisateur a les mêmes droits sur cet outil qu’un utilisateur externe au projet.
    • Modérateur : (Forums uniquement) : un modérateur a la capacité à gérer la section forum du projet, à savoir créer/détruire des forums, supprimer des messages indésirables dans un forum et changer la configuration d’un forum comme modifier le statut (public/privé) ou changer la description.
    • Éditeur : (Gestionnaire de documents uniquement) : Un éditeur peut passer en revue et valider un document avant sa publication. Il peut aussi mettre à jour ou détruire un document.
    • Administrateur : (Gestionnaire de fichiers uniquement) : un administrateur du gestionnaire de fichiers peut gérer les paquets et les versions de fichiers. Il peut aussi définir les permissions d’accès à ces fichiers pour les différents groupes d’utilisateurs existants. Il ne peut cependant pas définir les groupes d’utilisateurs. Seuls les administrateurs du projet ont cette possibilité.
  • Membres des groupes d’utilisateurs : Pour chaque utilisateur figure dans cette colonne la liste des groupes d’utilisateurs auxquels il appartient. Voir Groupes d’utilisateurs pour plus d’information sur les groupes d’utilisateurs.

    Important

    N’oubliez pas de cliquer sur le bouton “Mettre à jour les permissions” en bas de page après avoir effectué des modifications dans la table des permissions.

6.10. Groupes d’utilisateurs

Emplacement : Menu d’administration

Un groupe d’utilisateurs, aussi appelé “ugroup”, est tout simplement un regroupement d’utilisateurs Tuleap. Les groupes d’utilisateurs sont utilisés dans le but de définir des permissions spécifiques sur certaines données du projet (certains paquets ou versions de fichiers par exemple - voir modification-d’un-paquet). Un groupe d’utilisateurs est toujours attaché à un projet en particulier, mais les utilisateurs d’un groupe ne doivent pas nécessairement être membres de ce projet.

6.10.1. Gestion des groupes d’utilisateurs

La fonction d‘“Administration des groupes d’utilisateurs” donne accès à la liste de tous les groupes d’utilisateurs définis pour ce projet et permet d’en créer de nouveaux.

Page de gestion des groupes d'utilisateurs

Page de gestion des groupes d’utilisateurs

Dans la liste figure deux types de groupes (voir par exemple Page de gestion des groupes d’utilisateurs) :

Les groupes d’utilisateurs prédéfinis : Ces groupes sont automatiquement définis pour chaque projet. Il s’agit par exemple de : membres_projet, admins_projet, utilisateurs_enregistres, personne, admins_gestionnaire_fichier, etc... Ces groupes sont dynamiques c’est à dire que Tuleap maintient la liste des membres de ce groupe pour vous. Ainsi si un nouveau membre du projet se voit accorder les droits d’administrateur, il sera automatiquement ajouté au groupe ‘admins_projet’ et disposera des mêmes permissions que celles déjà accordées à ce groupe.

Les groupes d’utilisateurs personnalisés sont définis par les administrateurs du projet. Ils sont composés d’une liste statique d’utilisateurs qui doivent tous être des utilisateurs enregistrés de Tuleap. Cette liste peut être modifiée à tout moment par l’administrateur. Elle n’est pas modifiée automatiquement sauf si un utilisateur est supprimé de la liste des membres du projet ou si son compte Tuleap est supprimé.

6.10.2. Créer un groupe d’utilisateurs

Lors de la création d’un groupe d’utilisateurs, les informations suivantes doivent être fournies :

Nom : Il s’agit du nom du groupe tel qu’il apparaîtra dans les écrans de définition des permissions. Le nom ne peut contenir ni espace, ni ponctuation.

Description : une description courte du groupe d’utilisateurs. Elle est uniquement utilisée dans les écrans d’administration des groupes d’utilisateurs.

Créer à partir de : c’est un moyen de présélection rapide des membres du groupe : vous pouvez créer un groupe à partir de rien (Groupe vide) ou bien en partant de la liste des membres du projet ou des administrateurs du projet. Les membres de ces groupes seront alors automatiquement insérés dans le nouveau groupe. Dans l’étape suivante vous pourrez ajouter ou supprimer des utilisateurs à ce groupe.

Édition d'un groupe d'utilisateur

Édition d’un groupe d’utilisateur

Sur l’écran suivant (voir Édition d’un groupe d’utilisateur), l’administrateur du projet peut sélectionner les membres du groupe nouvellement créé.

Deux colonnes sont visibles : celle de gauche contient la liste de tous les utilisateurs enregistrés sur le site et celle de droite présente la liste des utilisateurs déjà admis dans le groupe. Vous devez utiliser les flèches situées entre les deux colonnes pour supprimer ou intégrer de nouveaux utilisateurs dans ce groupe.

L’interface utilisateur offre aussi plusieurs façons très pratiques de sélectionner certains utilisateurs lorsque la liste des utilisateurs enregistrés est très longue. Vous pouvez, par exemple, choisir d’afficher uniquement les utilisateurs dont le nom commence par une certaine lettre de l’alphabet ou vous pouvez aussi filtrer en tapant une partie du nom de l’utilisateur dans la boîte de texte ‘Filtre’. Par exemple, si vous tapez ‘jean’, seuls les utilisateurs dont le nom complet ou le nom d’utilisateur comporte cette chaîne de caractères seront affichés.

Une fois la sélection des utilisateurs terminée, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le bouton Valider pour créer le groupe d’utilisateurs.

Tip

Il se peut que vous souhaitiez accorder certaines permissions à tous les membres du projet plus quelques utilisateurs externes. Dans ce cas, il peut vous paraître tentant de créer un nouveau groupe à partir du groupe membres_projet et d’y ajouter les quelques utilisateurs externes manquants. Cette solution est tout à fait acceptable mais elle présente l’inconvénient de ne pas mettre à jour automatiquement le groupe lorsque de nouveaux utilisateurs quittent ou rejoignent les membres du projet. Dans ce cas vous devrez effectuer les mêmes opérations manuellement pour le groupe défini. Il est donc préférable de créer un groupe qui ne contient que les utilisateurs externes et de lui accorder les mêmes permissions qu’au groupe dynamique ‘membres_projet’.

6.10.3. Modifier un groupe d’utilisateurs

Pour mettre à jour un groupe d’utilisateurs existant, il suffit de le sélectionner dans la liste des groupes d’utilisateurs. Un écran semblable à l’écran de création apparaît alors qui vous permet de modifier la composition de ce groupe d’utilisateurs.

6.10.4. Supprimer un groupe d’utilisateurs

Les groupes d’utilisateurs peuvent aisément être supprimés en cliquant sur l’icône corbeille situé en regard du nom du groupe sur la page d’administration des groupes (voir Page de gestion des groupes d’utilisateurs). Seuls les groupes d’utilisateurs personnalisés peuvent être supprimés.

Important

Veuillez noter que la suppression d’un groupe d’utilisateurs impliqué dans la définition de certaines permissions est une action dangereuse. Par exemple, si ce groupe sert à limiter l’accès à un paquet logiciel, la suppression du groupe entraînera la suppression du contrôle d’accès et son retour au comportement par défaut, c’est à dire un accès à tous les utilisateurs.

6.10.5. Liens entre groupes d’utilsateurs

Ces liens permettent à des utilisateurs qui sont membres d’un projet d’avoir des droits dans en autre projet sans en devenir membre de celui-ci. Pour créer un lien il faut être administrateur des deux projets.

Voyons cela avec un example. Supposons qu’il y ait un groupe d’utilisateurs ‘some_people’ dans le projet ‘my project’. Supposons ensuite que l’on veuille leur donner des droits dans un autre projet ‘my software’ dont ils ne sont pas membres. Dans le projet ‘my_software’, naviguer au panneau d’admin, cliquer sur Administration des groupes utilisateurs puis Créer un nouveau groupe d’utilisateurs. Appeler ce nouveau groupe ‘my_project_users’, par exemple, puis cliquer sur Créer un groupe d’utilisateurs.

User Group Creation

User Group Creation

Une fois créé, une page s’affichera avec des onglets à gauche. Cliquer sur Liens puis Editer la liaison avec le groupe d’utilsateurs. Il faudra préciser le projet source. Choisir ‘my_project’ et le groupe d’utilsateurs ‘some people’. Valider la sélection avec Modifier la liason.

User Group Binding

User Group Binding

Voilà! Un groupe d’utilsateurs externes au projet a été créé et il est utilsable partout dans le projet comme n’importe quel autre groupe d’utilisateurs.

6.10.6. Informations complémentaires sur les groupes d’utilisateurs

Il est possible de connaître l’ensemble des groupes auquel appartient un membre du projet en accédant à la page de définition des permissions des membres (Permissions utilisateurs). Veuillez noter cependant que seuls sont affichés les groupes définis pour le projet courant. L’utilisateur peut effectivement appartenir à d’autres groupes d’utilisateurs dans d’autre projets.

En bas de la page de modification d’un groupe d’utilisateurs (Édition d’un groupe d’utilisateur) figure aussi la liste de toutes les permissions dans lesquelles ce groupe est impliqué au niveau des différents services (par exemple l’accès aux paquets et versions des logiciels).

Lorsqu’un utilisateur quitte les membres du projet, il est automatiquement supprimé de tous les groupes d’utilisateurs pour des raisons de sécurité.

De la même façon lorsqu’un compte utilisateur est supprimé par les administrateurs du site, il est automatiquement supprimé de tous les groupes dont il est membre quel que soit le projet.

6.11. Exportation des données du projet

Emplacement : Menu d’administration

Tuleap est particulièrement attractif pour de nombreuses équipes de projet car il offre une série d’outils complets pour le développement et la gestion de projet. Un projet peut-être géré quasiment intégralement depuis Tuleap. Cependant il se peut que l’équipe ressente le besoin d’effectuer certaines opérations sur les données du projet en dehors de Tuleap comme par exemple rédiger un rapport sur l’état d’avancement du projet, ce qui se passe bien ou moins bien, actualiser la date de livraison prévue, dériver des données statistiques, etc...

Il n’est pas du ressort de Tuleap de fournir ces outils de reporting sophistiqués. Il existe de nombreux outils spécialisés sur le marché capable de générer des rapports d’activité et chaque équipe possède son outil préféré. Dans le but de satisfaire la grande diversité de ces besoins, Tuleap offre un mécanisme très efficace qui permet d’exporter les données hors du projet pour les utiliser dans des outils comme MS Access, MS Excel, Crystal Report, Open Office ou tout autre outil adapté.

Tuleap offre 2 mécanismes d’exportation des données :

  • Exportation au format texte : ce mécanisme permet d’exporter les données au format CSV (Comma Separated Value), un format reconnu par quasiment tous les outils de bureautique ou les bases de données du marché. Si vous souhaitez développer votre propre application de reporting, la plupart des langages de programmation propose une librairie standard capable de manipuler le format CSV.
  • Accès direct à la base de données : à proprement parlé il ne s’agit pas d’exportation de données. Ce mécanisme permet en fait de se connecter directement à la base de données de vote projet via un pilote ODBC ou JDBC. Si vous souhaitez manipuler les données de votre projet avec un outil de base de données (comme MS Access ou une application ODBC/JDBC) c’est sans aucun doute le mécanisme d’exportation à utiliser.

6.11.1. Données exportées

Tuleap exporte les données suivantes (le détail des champs exportés et de leur format est disponible sur la page Tuleap) :

  • Outil de suivi : toutes les données des artefacts, l’historique de leurs modifications et leurs dépendances peuvent être exportés pour chaque outil de suivi.
  • Réponses aux enquêtes : toutes les réponses à toutes les enquêtes menées par votre projet sont exportables.

6.11.2. Exportation au format texte

L’exportation au format texte suit le format CSV bien connu de toutes les suites bureautiques du marché. Il peut être très facilement importé dans MS Access, MS Excel, Open Calc,…

6.11.2.1. Chargement d’un fichier CSV dans Excel

Un clic sur un des liens d’exportation des données de la page d’exportation génère et télécharge à la volée un fichier CSV que vous pouvez sauvegarder sur votre ordinateur ou ouvrir directement dans Excel ou tout autre tableur de votre choix. Aucune configuration particulière n’est nécessaire dans la plupart des cas. Néanmoins, vous avez la possibilité de changer le séparateur CSV ainsi que le format de date (voir Préférences) si le séparateur par défaut ne correspond pas au séparateur par défaut de votre version d’Excel [2].

6.11.2.2. Chargement de fichiers CSV dans MS-Access

Avant de pouvoir importer les données dans MS Access, vous devez d’abord créer une nouvelle base de données. Exécutez ensuite les étapes suivantes :

  • Sélectionnez Menu Fichier -> Accès aux données externes -> Importer

  • Choisissez le fichier CSV que vous venez juste de sauvegarder puis cliquez sur le bouton Importer.... Une prévisualisation de la table importée vous est présentée pour validation.

  • Cliquez sur le bouton Avancé...

  • Positionnez le délimiteur de texte à ” (un guillemet)

  • Positionnez le format de date à AMJ

  • Positionnez le délimiteur de date à - (tiret)

  • Ensuite saisissez le nom et le type de chaque champ dans la partie inférieure de la boîte de dialogue. Souvenez-vous que ces informations sont disponibles sur la page d’exportation des données de Tuleap.

    Note

    Remarque importante : vous pouvez conserver les noms des champs par défaut (Champ1,....ChampN) ainsi que les types par défaut proposés par MS Access. La seule exception concerne les champs texte longs comme les champs commentaires ou la description originale d’un artefact dont le type doit être Memo. Si vous ne spécifiez pas ce type spécifique, MS Access va corrompre les données importées.

    Si vous rencontrez des difficultés à l’importation du fichier CSV, veuillez consulter la ?.

Après avoir spécifié les paramètres de l’importation, vous pouvez les enregistrer en cliquant sur le bouton Sauvegarder sous.... Pour de futures importations sur la même table, cliquez simplement sur le bouton Specs... et rechargez vos paramètres d’importation.

6.11.3. Accès direct à la base de données

Dans le but d’offrir une flexibilité maximale Tuleap offre aussi un accès direct aux données du projet via un connexion ODBC ou JDBC. Une fois installé sur votre PC, le pilote ODBC (ou JDBC) de MySQL permet un accès transparent aux tables de votre base de données spécifiques.

Si vous utilisez MS Access pour générer vos rapports d’activité, l’accès direct à la base de données est le moyen le plus simple et le plus rapide d’exploiter vos données.

6.11.3.1. Générer la base de données du projet

Avant toute tentative d’accès aux données de votre projet via ODBC ou JDBC vous devez d’abord générer la base de données du projet. Pour ce faire, rendez vous sur la page d’exportation des données et cliquez sur le lien ‘Générer la base de données du projet’ au bas de la page. Vous devrez aussi cliquer sur ce lien à chaque fois que vous voulez actualiser les données de votre projet.

Si tout se passe comme prévu, la base de données de votre projet sera alors générée en temps réel et un message vous informera de la fin du processus en vous rappelant la valeur des paramètres à utiliser pour vous connecter depuis votre ordinateur. Conservez-les soigneusement.

Note

Si la base de données de votre projet contient plusieurs milliers d’enregistrements (tâches, bugs…), le processus de génération de la base de données peut prendre plusieurs minutes.

6.11.3.2. Installer et configurer le pilote ODBC de MySQL

Chargez tout d’abord le pilote ODBC de MySQL et décompressez l’archive dans un répertoire temporaire de votre choix.

Lancez l’exécution du programme setup et parcourez les étapes du processus d’installation.Remarque importante : sur Windows vous devez être administrateur pour pouvoir installer le pilote.

Ajouter votre base de données dans les Source de Données Windows. Pour les utilisateurs de Windows :

  • Utilisez votre login Windows habituel.

  • Cliquez sur ``menu Démarrer ->

    Configuration -> Panneau de Configuration -> Outils d’administration -> Sources de données (ODBC).``

  • Sélectionnez l’onglet “DSN Utilisateur” et cliquez sur le bouton “Ajouter”.

  • Sélectionnez l’item “MySQL” dans la liste puis cliquez sur le bouton “Terminer”.

  • Une boîte de dialogue apparaît vous demandant les paramètres de connexion suivants :

    • Windows DSN Name : c’est le nom de votre choix pour cette connexion. Vous pouvez indiquer quelque chose comme “Base de données du projet X” par exemple.
    • MySQL Host(IP ou nom) : tuleap.example.com.
    • MySQL Database Name : le nom de la bases de données correspond au nom court de votre projet préfixé par ‘cx_’. Il vous a été donné à la fin du processus de génération de votre base (voir plus haut).
    • User : le nom d’utilisateur est ‘cxuser’.
    • Password : pas de mot passe (laissez le champ vide).
    • Port (if not 3306) : utilisez le port par défaut (ou laissez le champ vide).
    • SQL command on connect : aucune (laissez le champ vide).

6.11.3.3. Installer et configurer le pilote JDBC de MySQL

Pour ceux d’entre vous qui utilisent une application Java basée sur un driver JDBC, les instructions d’installation du pilote JDBC de MySQL sont disponibles sur la page MySQL Java Connectivity page.

6.11.3.4. Utiliser les données du projet depuis MS-Access

Avant d’utiliser MS-Access pour vous connecter à la base de données de votre projet, assurez-vous que le pilote ODBC de MySQL est correctement installé sur votre ordinateur (voir Installer et configurer le pilote ODBC de MySQL) et que vous avez généré la base de données elle-même (voir Générer la base de données du projet). Ensuite exécutez les étapes suivantes :

  • Lancez MS Access et ouvrez une nouvelle base de données.

  • Dans le menu Fichier sélectionnez Données externes -> Importer.

  • Dans la boîte de sélection ``Types de

    fichier`` sélectionnez l’entrée Bases de données ODBC.

  • Sélectionnez l’onglet Source de données machine et cliquez sur la base de données de votre projet.

  • Sélectionnez les tables qui vous intéressent ou bien l’ensemble des tables en cliquant sur Tout sélectionner.

MS-Access importe instantanément (à la vitesse de MS-Access :-)) les données de votre projet et vous pouvez désormais exploiter vos données comme vous le feriez pour une base de données native MS Access.

6.12. Importation d’artefacts dans les outils de suivi

Emplacement : contenu de la page d’administration

Reportez vous à la ?.

6.13. Historique du projet

Emplacement : Menu d’administration

L’historique du projet fournit une fonction d’audit aux membres du projet. Un clic sur cet item montre une liste de l’ensemble des changements opérés dans le module d’administration du projet depuis sa création. La liste décrit la nature du changement intervenu (modification des infos publiques, modification des permissions, ...), la valeur de l’information avant le changement, l’auteur et la date de la modification.

6.14. Journal des accès

Emplacement : Menu d’administration

Selon la configuration du site Tuleap et la configuration de chaque projet, différentes populations d’utilisateurs sont susceptibles d’avoir accès au téléchargement de document, de code source et de fichiers.

Le journal d’accès fournit aux membres du projet un audit complet des accès à ces ressources. La page du journal d’accès comprend les informations suivantes :

  • Les fichiers ont été téléchargés par qui et à quelle date. L’heure de téléchargement est indiquée en temps local pour l’utilisateur qui les a téléchargés.
  • La liste des opérations de checkout ou d’update sur le dépôt CVS ainsi que la liste des personnes ayant navigué dans l’arbre CVS via l’interface Web de Tuleap.
  • Quels utilisateurs ont accédé au dépôt Subversion soit via un client Subversion soit via l’interface Web de Tuleap.
  • Quels utilisateurs ont téléchargé des documents du gestionnaire de documentation du projet hormis ceux qui sont accessibles aux utilisateurs anonymes.

L’affichage du journal d’accès peut être filtré pour présenter soit l’accès de tous les utilisateurs, soit ceux des membres du projet ou encore ceux des non-membres (défaut). La fenêtre de temps peut aussi être ajustée pour montrer une portion plus ou moins grande de l’historique.

Exemple de journal d'accès

Exemple de journal d’accès

[1]CVS signifie Concurrent Version System. C’est l’un des systèmes de contrôle de version offert par Tuleap. CVS est utilisé par des centaines de milliers de projets à travers le monde. Voir http://www.cvshome.org pour plus d’information.
[2]Par exemple, le séparateur par défaut de la version française d’Excel est le point-virgule au lieu de la virgule.